POUPIE + KALIKA – 20H

À 23 ans, Poupie ne tient pas en place. Géographiquement, musicalement ainsi qu’artistiquement. Enfant, cette lyonnaise de naissance déménage de ville en ville (18 !) et change même de pays. Elle parle l’anglais, l’espagnol, le français, langue dans lesquelles elle écrit et compose, en arpentant les rives de la trap, du reggae et de la pop.

Premier album attendu « Enfant Roi » atteste une nouvelle fois de la singularité de Poupie. C’est qu’il est rare d’entendre une telle débauche de liberté, d’audace et de spontanéité dans des morceaux qui orchestrent un fascinant mélange entre la trap, le reggae et la pop. C’était déjà le cas sur ses deux premiers EP, interprétés dans différentes langues (le français, l’anglais, l’espagnol) et fidèles à l’idée de tourner le dos aux catégories bien définies. Ça l’est de nouveau avec ce premier album (Enfant roi), où finesse mélodique et sincérité des textes s’entremêlent.

KALIKA

Affirmative et combattante, la voix de KALIKA fait l’effet d’un coup de poing dans un gant de velours. Bam ! Le titre La Chaudasse est à l’image des trois autres morceaux de son premier EP : ça déménage sec mais toujours avec dextérité. Les paroles crues racontent les histoires d’amour et de sexe tumultueuses d’une jeune féministe de 23 ans. 

Fracassantes, les mélodies electro-pop invitent moins au spleen qu’au lâcher-prise cathartique, voire à une jouissive hystérie collective sur un dancefloor détrempé. « C’est un cri » résume-t-elle très bien. Comme une gifle suivie d’une caresse, ajouterait-on. Bourrée d’angoisses, elle écrit pour aller mieux, lorsque l’urgence du hurlement la prend, l’agrippe, lorsqu’elle ne peut s’en défaire qu’en l’emprisonnant dans un morceau. De nuit puisque c’est là que le silence se fait enfin. Alors KALIKA la couche-tard compose dans le petit studio qu’elle s’est aménagée dans son appartement parisien. Celui-là même qu’elle partage désormais avec Balthazar, son guitariste qui lui donne un solide coup de main sur la mise en œuvre de son projet. 

MEMBRE 15 € – PREVENTE 18 € – GUICHET 21 €

ACHETER UN BILLET